«

»

Jan 17 2017

[Lettre ouverte] Vague de froid et pénurie d’électricité : Relancer la « chasse au gaspi » est une nécessité !

Signataires du communiqué

  • Agir pour l’Environnement
  • Résistance à l’Agression Publicitaire – RAP

Face à la vague de froid qui met sous tension le système électrique hexagonal, les appels au civisme se multiplient. Légitimes, ces appels ne peuvent faire oublier les trop nombreux exemples de gaspillage énergétique : éclairage public et illuminations de Noël, publicités énergivores et enseignes lumineuses, portes des magasins ouvertes à tout vent, terrasses chauffées…

Lettre ouverte à la ministre de l’Écologie, Madame Ségolène Royal

Madame la ministre,

La vague de froid qui s’abat sur la France va une nouvelle fois mettre à rude épreuve notre système électrique. Faute d’avoir voulu diversifier ses capacités de production, la France peine à répondre à une demande de pointe qui n’a pourtant rien d’inattendue.

Face à ce nouvel épisode climatique hivernal, le gouvernement incite les citoyens à réduire leur consommation électrique et ce afin d’éviter un effondrement du système électrique français. Ces appels au civisme, pour légitimes qu’ils soient, ne peuvent occulter le fait que de nombreux secteurs économiques ne font aucun effort ! Le gaspillage énergétique est encore trop souvent la norme et la sobriété l’exception.

Les exemples de gaspillage sont légions : Terrasses chauffées, portes de commerces ouvertes à tout vent, publicités énergivores et enseignes lumineuses, éclairages publics et illuminations de Noël se prolongeant bien après les périodes de fêtes…

L’ensemble de ces exemples contribuent à la démobilisation, laissant ainsi supposer que des efforts devraient être effectués par certains pour permettre à d’autres de gaspiller l’énergie ainsi économisée…

Nous vous demandons de bien vouloir contraindre les secteurs économiques qui gaspillent l’énergie par pure convenance, à adopter des mesures simples de sobriété énergétique

A titre d’exemple, l’ensemble des panneaux publicitaires devraient être éteints, particulièrement aux heures de pointe durant lesquelles le bilan carbone du kWh avoisine les 500 g/CO2. Les communes peuvent également interrompre ou limiter fortement l’éclairage public.

Alors que près de 35 000 personnes vous ont récemment interpellée  via une pétition électronique initiée par Agir pour l’Environnement et Résistance à l’Agression Publicitaire afin d’obtenir une interdiction des panneaux publicitaires énergivores, il est grand temps d’obliger l’ensemble des acteurs économiques à ne plus gaspiller l’électricité.

Plus généralement, il est grand temps de relancer une vaste campagne de « chasse au gaspi » et ainsi réduire tout à la fois notre consommation d’électricité et l’amplitude ainsi que la fréquence des pointes de consommation, spécificité typiquement hexagonale.

Comptant sur votre attention, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement
Khaled Gaiji, président de Résistance à l’Agression Publicitaire