«

»

Sep 11 2013

Rap@Toile n°112 – Septembre 2013

************** RAP-À-TOILE N° 112 – SEPTEMBRE 2013 *****************

R.A.P.-A-TOILE a pour vocation de faire connaître les diverses approches de la lutte antipublicitaire sans pour autant adhérer à toutes les opinions et idées d’actions formulées, dont elle laisse la responsabilité à leurs auteurs.

*****************************

Les rendez-vous de R.A.P. et de la lutte antipublicitaire :

13, 14, 15 septembre [LA COURNEUVE] : Résistance à l’agression publicitaire à la fête de l’Humanité 2013

L’association Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P.) tiendra une table à la fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre 2013 hébergée par L’ASSOS’THAU MATE – LES ANARTISTES à l’avenue ROSA PARKS (voir plan) non loin de la scène Zebrock.

Si vous avez du temps libre pour nous aider à tenir le stand, n’hésitez pas à passer nous voir !!

1239992_644753195543115_1597498976_n.jpg

Les membres de R.A.P. seront présents pour atteindre deux objectifs principaux :

– Avoir un maximum d’adhérents afin d’obtenir l’agrément d’association de protection de l’environnement. Cet agrément permettrait à l’association d’agir en justice contre les publicités illégales.

– Trouver des personnes motivées pour monter groupes locaux R.A.P. et antipub partout où elles se trouvent. Les politiques ne comprennent que le rapport de force. Monter des groupes de mobilisation articulés en réseau est donc la meilleure des solutions pour vraiment changer la donne.

6 octobre BAYONNE] : Stand RAP à [Alternatiba.

26 octobre GRIGNY] : Stand RAP au [forum de la désobéissance citoyenne.

*****************************

SOMMAIRE :

1 – APPEL POUR UNE RENTRÉE SANS MARQUES
2 – BILAN DE LA PARTICIPATION DE RAP AU FESTIVAL EMMAÜS
3 – RAP AU FESTIVAL LES VERS SOLIDAIRES À SAINT GOBAIN
4 – PAS D’ÉCRANS DANS L’ESPACE PUBLIC

*****************************

1 – APPEL POUR UNE RENTRÉE SANS MARQUES

A l’heure des achats de vêtements et de fournitures scolaires, Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P.) et Casseurs de Pub appellent les parents, enseignants et jeunes à réagir contre l’esclavage mental et le racket commercial dont les élèves et leurs familles sont victimes.

RSM2013_Affiche03.jpg

Télécharge imprime et colle cette affiche sur les lieux prévus pour dans ton école.

A l’heure des achats de vêtements et de fournitures scolaires, Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P.) et Casseurs de Pub appellent les parents, enseignants et jeunes à réagir contre l’esclavage mental et le racket commercial dont les élèves et leurs familles sont victimes. L’ensemble des citoyens doit se mobiliser contre l’intrusion de la publicité à l’école au nom de la défense d’une conception de l’école indépendante de toute influence marchande.

Non à la tyrannie des marques
Alors que la publicité est déjà omniprésente dans quasiment dans tous les espaces (télévision, magasine, internet, rues, transports en commun, tables de cafés,…), elle s’introduit de plus en plus dans les milieux scolaires et ce sous plusieurs formes: les enfants et les jeunes sont utilisés comme des hommes-sandwichs via les vêtements siglés qu’ils portent. Les marques continuent de cracher leur propagandes avec des fournitures scolaires et parascolaires siglées de plus en plus folklorisées. Le tout pour mieux imprégner les esprits des plus jeunes dans un imaginaire tourné vers l’idéologie et l’esclavage mental de la sur-consommation.

Non aux marchands qui remplacent les enseignants
Résistance à l’agression publicitaire et Casseurs de Pub alertent depuis plusieurs années les députés au sujet de la publicité à l’école. La législation actuelle (circulaire Lang du 28 mars 2001 nommée « Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire » ) permet en effet une marchandisation de l’école toujours plus inquiétante. Les gouvernements successifs se gardent bien, depuis plus de 10 ans, de remettre en question cette circulaire Lang.
Aujourd’hui, cela devient normal au point que même les patrons du CAC 40 passent dans les écoles via cette porte ouverte pour vociférer leur propagande et éduquer (voire même dresser) les plus jeunes à leurs modes de vie et leurs normes dont les intérêts sont privés et contraires à l’intérêt général.(1)
Grâce à cette circulaire et sous couvert de contenu pédagogique, les marques remplacent petit à petit l’enseignant. Pourtant, les marques religieuses ou idéologiques sont contraires aux principes de neutralité et de laïcité si elles introduisent une soumission à une autorité et à des valeurs contradictoires à celles de l’école.

Oui à des enfants libérés et émancipés, mobilisons-nous !
R.A.P. et Casseurs de Pub font un appel aux parents, aux enfants et aux personnels scolaires pour résister aux marchands et invitent à ne pas acheter de fournitures scolaires et parascolaires siglés et à se dé-marquer. Nous encourageons les professeurs, parents d’élèves et élèves à organiser des débats en classe ou dans leurs établissements pour porter cette question auprès des plus concernés et ne pas laisser les enfants devenir des supports publicitaires à chaque rentrée.

R.A.P. et Casseurs de Pub appellent tous les citoyens à envoyer une lettre à leur député afin de demander le retrait de la circulaire Lang du 28 mars 2001 nommée « Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire ».

Un modèle de lettre est visible sur les sites internet de R.A.P. et Casseurs de Pub:
www.antipub.org/
http://www.casseursdepub.org/

Résistance à l’agression Publicitaire (R.A.P.) et Casseurs de Pub

(1) Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2, le 24 juin 2013 http://www.acrimed.org/article4096.html

*****************************

2 – BILAN DE LA PARTICIPATION DE RAP AU FESTIVAL EMMAÜS

Les Mardi 22 et Mercredi 23 juillet 2013 s’est tenu le festival Emmaüs à Lescar près de Pau. Ce festival propose des débats en matinée, un village associatif et des concerts d’artistes plutôt « engagé-e-s». Le thème des débats de cette année était le buen vivir.

Nous avons tenu un stand d’information sur le système publicitaire, les nouveaux dispositifs plus intrusifs, l’actualité de la lutte antipub.
Une centaine de personnes ont échangé avec nous. Plusieurs sont vivement motivées pour former un groupe local de RAP à Pau. Elles pourront participer aux campagnes nationales et aussi mener des actions suivant les problématiques liées à leur territoire.

La campagne « rentrée sans marque » a suscité beaucoup d’intérêt, notamment de la part de parents d’élèves et d’enseignant-e-s. Plusieurs souhaitent déjà participer à la prochaine en relayant l’information auprès des autres parents, de l’établissement scolaire.

Nous avons quand même attrapé un coup de soleil le premier jour. Heureusement, nos voisines nous ont prêté des parasols de plage le second jour, ce qui a transformé notre stand en convivial salon de discussion sur la pub, entre les adhérent-e-s de R.A.P. et des festivalier-e-s.

*****************************

3 – RAP AU FESTIVAL LES VERS SOLIDAIRES À SAINT GOBAIN

Ces 17 et 18 août 2013, un groupe d’adhérent-e-s de R.A.P. a participé au festival Vers Solidaires organisé par l’association Gaia, à Saint-Gobain, au bord d’une magnifique forêt quelque peu menacée.
Ce festival est celui des alternatives : toilettes sèches, alimentation bio et locale, ateliers de savoir- faire (produits ménagers écologiques, bière, etc.), conférences, village des enfants, village des associations, artisanat, …

Nous en revenons tout fringuant !

Nous avons discuté avec près de 200 personnes très différentes. 50 se sont inscrites pour recevoir le RAP@toile et souhaitent être tenues informées ou participer aux actions de l’association. Une dizaine souhaite créer un groupe local.
Nous avons reçu de nombreux témoignages d’intrusion publicitaire et d’initiatives individuelles de lutte contre la sur-publicité, de la part de personnes souvent en colère et déterminées à résister dans leur vie privée ou dans leur activité professionnelle (médecine, enseignement, commerce).

Les autocollants « pas de publicité » pour les boites aux lettres ont eu, encore une fois, un grand succès. Notre site surfez-couvert.net, proposant des outils pour bloquer les publicités ou traceurs sur Internet, a fortement intéressé les participant-e-s. Les campagnes « pas d’écran dans l’espace public » et « rentrée sans marque » ont donné lieu à des échanges entre festivalier-e-s, adhérent-e-s et autres militant-e-s d’associations.

Nous avons appris que des groupes de pression (dits lobbiest) convoitent l’école et obtiennent des autorisations de ministère pour y valoriser leurs activités et idées auprès des élèves. A titre d’exemple, les Ministères de l’Education Nationale et de l’Ecologie ont signé en 2010 une « Convention de partenariat pour l’éducation au développement durable » avec, entre autre, la Fédération nationale des chasseurs (http://www.aspas-nature.org/campagnes/contre-les-derives-de-la-chasse/non-aux-chasseurs-dans-les-ecoles/ ou encore http://www.one-voice.fr/loisirs-et-compagnie-sans-violence/campagne-contre-la-presence-des-chasseurs-dans-nos-ecoles/).

L’équipe de R.A.P.

*****************************

4 – PAS D’ÉCRANS DANS L’ESPACE PUBLIC

Le gouvernement ré-ouvre le dossier de l’affichage publicitaire en ayant l’ambition d’introduire un volet paysages dans une loi sur la biodiversité. À défaut d’une réforme globale de l’affichage et d’une lutte efficace contre la pollution visuelle et mentale, il y a déjà matière à réparations, après l’épisode du Grenelle de l’environnement qui a enregistré plus de reculs que d’avancées.

En particulier, la question des écrans dans l’espace public est la plus emblématique. En effet, le Grenelle 2 a assoupli la loi et la réglementation encadrant les télévisions publicitaires : leur statut est désormais reconnu et différent de la publicité lumineuse ; la taille des écrans peut aller jusqu’à 8 m² – soit 4 fois la taille des écrans du métro parisien. En bref, et de l’aveu des principaux afficheurs, les écrans vidéo publicitaires vont pouvoir débarquer massivement dans les rues et dans l’espace public, que ce soit sous forme d’écran sur le mobilier urbain ou de panneaux de type télévision géante, scellés au sol ou sur les façades.

Déjà, le déploiement de ces écrans dans le métro et les gares parisiennes est effectif.

Comme l’expérience montre qu’il est plus efficace d’agir avant l’installation d’un panneau que de le faire retirer, nous pensons qu’il est encore temps d’agir contre l’arrivée massive de ces écrans dans l’espace public, car ils constituent une triple pollution.

La première des pollutions est visuelle : ces écrans sont recherchés par les afficheurs pour leur luminosité et le mouvement des images. Tout est fait pour attirer l’œil. La dégradation du paysage n’en est que plus grande encore. De plus la présence d’écrans animés, dont les mouvements sont étudiés pour détourner l’attention de l’automobiliste, est une source de danger permanent en ce qui concerne la sécurité routière.

La deuxième pollution est énergétique : à l’heure où chacun est incité à maîtriser sa consommation et à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, ces panneaux constituent un gaspillage énergétique qui s’exhibe. Mais cette gabegie n’est pas que symbolique, puisqu’un écran du métro qui a une puissance de 1000 W, consomme autant d’électricité que 7 personnes. Un bilan carbone des écrans du métro a été réalisé par l’agence indépendante Idsign Solutions avec la méthode de calcul de l’Ademe. Il montre qu’un écran émet 10 fois plus de CO2 qu’une affiche collée.

La troisième pollution, et peut être la plus grave, est mentale. On estime en moyenne à plus de 650 le nombre de messages publicitaires reçus par individu et par jour. Ces écrans ne constituent pas seulement un affichage publicitaire de plus. Le fait qu’ils soient animés attire l’œil du passant qui n’a plus aucun moyen de détourner le regard. L’agression publicitaire est ainsi caractérisée. Récemment, une petite fille est restée traumatisée par une vidéo faisant la promotion d’un jeu vidéo particulièrement violent dans les couloirs du RER. Les images animées montrant un visage de femme ensanglanté étaient très réalistes. Faudra-t-il un jour interdire le métro aux moins de 18 ans ?

La présence sur l’espace public d’écrans de télévision géants pose une question de société plus vaste : à l’heure où les écrans envahissent notre quotidien (des bureaux de poste au café, de la maison au bureau, dans les poches et les sacs…) l’espace public devrait être un espace de respiration, neutre et sans écran.

C’est le devoir des responsables politiques de protéger la nature et les paysages urbains contre les assauts des publicitaires.

*****************************

***************INFORMATIONS DIVERSES***************

Toutes les informations que vous venez de lire sont publiques, nous vous invitons à les transmettre à toute personne susceptible d’être intéressée : faites circuler !

Pour tout renseignement (envoi d’un exemplaire de l’Antipublicitaire, notre publication papier, adhésion, etc.) merci de prendre contact avec :

R.A.P. (Résistance à l’agression publicitaire)
La Teinturerie
24, rue de la Chine
75020 Paris
tél. : 01 43 66 02 04 (tcp. : 01 43 66 03 10)

site internet : www.antipub.org

Adhésion : 25 euros
Adhésion petit budget : 10 euros
Adhésion très petit budget, RSA : 5 euros

Une permanence téléphonique est assurée les mardis et mercredis de 10 h
à 13 h (on pourra également nous joindre en dehors de ces horaires,
sans certitude de présence toutefois).

Pour nous rencontrer : calendrier au début de ce message,
renseignements supplémentaires à contact à antipub.org

COORDONNÉES UTILES :

Casseurs de pub
52 rue Crillon
BP 36003
69411 Lyon cedex 06
Tél. 04 72 00 09 82
http://www.casseursdepub.org

Paysages de France
(association qui lutte notamment contre l’affichage publicitaire
envahissant)
MNEI
5, place Bir-Hakeim, 38000 Grenoble
Tél. & tcp. 04 76 03 23 75
http://paysagesdefrance.org/

Le Publiphobe, association concurrente de R.A.P.
(diffusion d’une feuille sporadique par abonnement)
67, rue Saint-Jacques, 75005 Paris.
Tél. 01 45 79 82 44.

Les Brigades antipub (site d’actualité antipublicitaire et son forum)
www.bap.propagande.org

Planète antipub : La planète antipub reprend les actualités à partir des différents sites de l’écosystème anti-publicitaire français.
http://planete.antipub.org/

Pourquoi je suis antipub : Pour dire ou lire pourquoi l’on est antipub :
http://pourquoijesuis.antipub.org

******************************

Pour vous désabonner de la liste de cette lettre d’information, répondez simplement à ce courriel en tapant dans le corps de texte : « désabonnement ».

Laisser un commentaire