«

»

Déc 02 2015

Régionales – Réponses à notre questionnaire – Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

Les réponses du Parti Fédéral Européen :

PREAMBULE

« Vous interpelez le Parti Fédéraliste Européen (PFE région ALPC) sur l’envahissement de la publicité en de nombreux points physiques. Vous proposez cinq questions qui concernent globalement la publicité dans les lieux publics et les actions de RAP concernent des actions médiatiques choc d’obscurcissement des panneaux publicitaires. Vous opposez à votre combat anti- publicité des arguments qui concernent d’une part une consommation énergétique qui ne va pas dans le sens de la sobriété, un impact sur la pollution lumineuse des villes et d’autre part, des messages qui incitent à des consommations parfois inutiles ou parfois promotionnant des produits pharmaceutiques OTC ou des messages violents ou sexistes. » « Votre combat est non-violent mais s’attaque à une frange marginale de la publicité comme vecteur d’une société de consommation. La réclame a fait place à la publicité, puis la publicité relayée par la technologie des objets connectés et géo localisés, la publicité ciblée et individualisée ainsi que les synchronisations selon des typologies de consommateurs, tous ces éléments doivent en effet nous faire réfléchir aux limites de la publicité jusqu’à la recherche d’un conditionnement subliminal des citoyens. Par ailleurs, la publicité étant largement mondialisée, il faut tenir compte que les opérateurs publicitaires ne se trouvent pas sur notre territoire. Il s’agit par conséquent d’un problème sociétal d’ampleur globale. Votre questionnaire ne traite pas des publicités ciblées que nos concitoyens reçoivent sur l’ensemble de leurs supports sociaux et leurs différents mails. Bien entendu, il y a toujours des possibilités de supprimer ces Spasmes, mais dans ce cas, l’information que vous cherchez, risque d’être bridée. Comme vous le comprenez, la publicité ne concerne donc pas seulement les panneaux dans une ville. La publicité passive et numérique n’est que le prolongement des affiches qui nécessitent encres et papiers, ces deux éléments sont particulièrement polluants, désormais, la pollution est liée à la consommation d’énergie souvent fossile, y compris nucléaire qui est liée à la destruction des écosystèmes dans des pays souvent très pauvres. Problème de société également lorsque les publicités sur le web ciblent les catégories d’âges, prenant pour exemple, des publicités sur des assurances obsèques adressées dès 45 ans. Ce type de publicité peut paraitre anodine, elle devient pernicieuse dès lors qu’elle se base sur des tables de mortalité largement obsolètes et stigmatisent des groupes de populations actives seniors. Ceci étant précisé, je vais donc nuancer l’impact des panneaux publicitaires dans les lieux publics avec ce qui est acceptable selon les messages »

1- Quelle est votre position vis-à-vis de la place de la publicité dans les transports en commun : métro, bus, gares… ?

« Sans être totalement contre, je m’interroge sur les nouvelles formes de publicités qui vous ciblent par géo localisation, je considère que ce peut être considéré comme une atteinte aux droits de l’homme. »

2- Quelles sont vos propositions pour lutter contre les impacts négatifs de la publicité dans les transports en commun (consommation énergétique, agression visuelle, messages sexistes, violents ou faisant la promotion de produits polluants ou néfastes pour la santé…) ?

« Il est évident que je prône la lutte contre toutes les discriminations, toutes les homophobies, et je considère que les régies publicitaires devraient avoir une part de responsabilité juridique et pénale dans la mesure où elles concourent à faire l’apologie de certaines spécialités pharmaceutiques qui peuvent présenter à terme de grave préjudices pour la Santé (OTC) Quant à certains autres messages, je ne suis pas pour la mise en œuvre de commissions de censures. »

3- Pensez-vous limiter, voire interdire, l’installation d’écrans à cristaux liquides, hauts de 2 mètres, et diffusant en continu de la publicité animée dans les gares TER, lesquels écrans consomment autant que sept personnes ?

« La limitation de publicités animées est un sujet de société qui concerne directement le modèle de société que nous voulons, mais il est évident que la technologie relevant de la baisse de consommation énergétique doit être envisagée. »

4- Approuvez-vous l’installation de panneaux d’affichage publicitaire sur les murs et dans l’enceinte des lycées de votre région ? Que comptez-vous faire pour rendre l’interdiction effective ?

« Je suis opposé formellement à toutes formes de publicité devant les écoles, collèges et lycées de la République Française. Je ferai voter par le conseil territorial l’interdiction de publicités y compris aux abords des parcs publics et des édifices publics. »

De manière générale, que pensez-vous du financement de services publics par la publicité (transports, écoles…)

« A ce jour, il n’a pas été trouvé mieux que d’utiliser des financements privés pour parer aux carences des financements publics qui que vous le rappelle, concernent le financement par des impôts. »

5- Approuvez-vous l’attribution de nom de marques à des lieux de service public, culturels ou sportifs ? Pensez-vous retirer les subventions de la Région pour les lieux qui pratiquent cette attribution de nom de marques ?

« Supprimer la publicité dans le cadre de matchs sportifs ou de manifestations nautiques (etc.) par exemple, est une composante du sponsoring, les supprimer n’est pas justifié, en revanche, le lobbying assuré par les marques sur le comportement des hommes peuvent amener à une certaine forme de corruption. La moralisation de la vie publique concerne les droits publicitaires des chaînes télévisuelles et les surenchères ou le sport y perd son âme. Je suis par contre formellement opposé à attribuer des noms de marques à des lieux, en revanche, attribuer des noms de lieux de personnalités défuntes du monde de la publicité n’est pas un délit. »

Espérant avoir répondu à certaines de vos attentes à travers ces quelques considérations.

Je vous prie de croire, Président, à l’assurance de mes salutations cordiales.

José Manuel BOUDEY Tête de liste Elections Régionales 2015 Parti Fédéraliste Européen PFE Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes

Les réponses de Lutte Ouvrière

Suite à votre questionnaire relatif à la publicité « omniprésente dans notre société », vous me pardonnerez de ne pas répondre en détails sur une réglementation relative à l’implantation, le contenu et les différents supports des messages publicitaires.

A mes yeux, la mise à l’encan de l’attribution d’un nom au nouveau stade de Bordeaux, par exemple, est choquante surtout pour ce qu’elle révèle de l’organisation sociale actuelle. C’est le capitalisme lui-même qui est scandaleux. C’est pourquoi, qu’il s’agisse d’une entreprise ayant réussi à accrocher son nom à un stade ou pas, je suis contre toute attribution de subventions d’argent public destiné à aller en définitive remplir les poches
d’actionnaires privés.

L’omniprésence de la publicité n’est après tout que l’écume du fonctionnement du capitalisme. Pour tout capitaliste, produire en série plus grande, c’est réduire les coûts de production et donc accroître les profits, ou tout simplement être compétitif et survivre dans l’âpre concurrence. Mais pour vendre en grande série, il faut susciter, développer, au besoin par l’artifice, une consommation de masse. Dès qu’un produit, correspondant à l’origine à des besoins limités, est susceptible de rapporter du profit, la dynamique capitaliste n’a de cesse jusqu’à en faire, à coups de publicité, mensongère, sexiste, ou nocive d’une manière ou d’une autre s’il le faut, un besoin large, afin d’élargir un marché et, partant, les possibilités de profit. C’est vrai pour les objets comme pour les marchandises immatérielles.

La présence de la liste que je dirige – Lutte Ouvrière-Faire entendre le camp des travailleurs- dans ces élections régionales est destinée à permettre à tous les travailleurs, conscients de ce que c’est de leur peau qu’il s’agit, de dire par leur vote clairement non à l’ensemble de ce fonctionnement social.

Cordialement

Guillaume PERCHET
Lutte ouvrière

Réponses de EELV, liste « Osons mieux avec Françoise Coutant »

1- Quelle est votre position vis-à-vis de la place de la publicité dans les transports en commun : métro, bus, gares… ?

Nous sommes favorables à une diminution de la publicité envahissante et énergivore tels que les panneaux publicitaires numériques dans les réseaux de transports gérés par la Région.

2- Quelles sont vos propositions pour lutter contre les impacts négatifs de la publicité dans les transports en commun (consommation énergétique, agression visuelle, messages sexistes, violents ou faisant la promotion de produits polluants ou néfastes pour la santé…) ?

Nous entendons peser de tout notre poids au sein des syndicats de transports où nous serons présents et faire valoir la voix des concours publics. Nous nous opposerons à la présence de publicité à caractère sexiste, violent, raciste ou homophobe dans tous les lieux publics. Les messages publicitaires faisant la promotion de produits polluants ne seront bien entendu pas encouragés.

3- Pensez-vous limiter, voire interdire, l’installation d’écrans à cristaux liquides, hauts de 2 mètres, et diffusant en continu de la publicité animée dans les gares TER, lesquels écrans consomment autant que sept personnes ?

Nous souhaitons limiter l’installation de ces écrans énergivores.

4- Approuvez-vous l’installation de panneaux d’affichage publicitaire sur les murs et dans l’enceinte des lycées de votre région ? Que comptez-vous faire pour rendre l’interdiction effective ?

Nous sommes opposés à l’installation de panneaux d’affichage publicitaire sur les murs et dans l’enceinte des lycées de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. L’interdiction de la publicité à l’école existe depuis 1936. Elle a été réaffirmée en 1952 puis par 2 circulaires en 1967 et en 1976. Il faut avoir en mémoire la circulaire Jack LANG en date du 28 mars 2001 dite « code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire » qui, de fait, ouvre la porte à la publicité : http://www.education.gouv.fr/botext… . Cette directive indique notamment : « Les établissements scolaires sont libres de s’associer à une action de partenariat » par laquelle une entreprise « fournit des documents qui seront remis aux élèves », etc.. C’est donc par le cadre législatif ou par la directive de l’Education nationale que nous pouvons efficacement lutter. EELV s’associe à cette lutte pour bannir toute intrusion publicitaire – même si elle prétend respecter le « principe de la neutralité commerciale » – ou liée à tout intérêt privé, sectoriel, confessionnel. De manière générale, que pensez-vous du financement de services publics par la publicité (transports, écoles…). Oui, d’une manière générale, nous sommes opposés au financement de services publics par la publicité (transports, écoles…).

5 – Approuvez-vous l’attribution de nom de marques à des lieux de service public, culturels ou sportifs ? Pensez-vous retirer les subventions de la Région pour les lieux qui pratiquent cette attribution de nom de marques ?

Nous nous opposons au « naming », c’est-à-dire à l’attribution de nom de marques à des lieux de service public.

Réponses au questionnaire de RAP Résistance à l’Agression Publicitaire

Pour la liste écologiste et citoyenne « Osons Mieux avec Françoise Coutant » REGIONALES 2015

Laisser un commentaire