Résistance à l'agression publicitaire
Accueil du site > Pollution, environnement et boites aux lettres
Prospectus publicitaires et consommation de papier : assez !
L’exposition « d’Art en Arbres… » pour le dire

A l’occasion de la 6e semaine internationale contre les monocultures d’arbres, les associations Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P.) et les Amis de la Terre invitent les artistes Barbara Hashimoto et Andrew Chartier le 26 septembre à l’Espace Krajcberg / Musée du Montparnasse. Barbara Hashimoto, artiste américaine, [http://www.barbarahashimoto.com] , composera une oeuvre « The Junk Mail Experiment – Paris » à l’aide d’imprimés publicitaires broyés (installation).

Montagne de prospectus broyés (B. Hashimoto) Cette rencontre entre art et environnement vise à dénoncer la consommation excessive de papier par la publicité, dont une grande partie est produite à partir d’arbres issus de monocultures, mises en place au détriment des espaces naturels et de ressources naturelles primordiales pour les populations locales.

Chaque année, 18 milliards d’imprimés, soit 830 000 tonnes de papiers publicitaires, et 1,8 milliards de journaux gratuits sont distribués dans les boites aux lettres des Français. Si 5% des gens étaient épargnés par cette pollution publicitaire, ce serait, entre autres, 400 000 arbres épargnés.

Face à cette situation, la seule apposition sur sa boîtes aux lettres d’un autocollant antipublicitaire n’est à l’heure actuelle pas efficace. Ce geste restera dérisoire tant que l’autocollant n’aura pas de valeur réglementaire dans le but de dissuader les distributeurs. A l’heure actuelle, aucune mesure de ce type n’est proposée dans le cadre du Grenelle de l’environnement.

De même, les industriels contribuent trop peu à la récupération et au traitement (recyclage) des prospectus. Au travers de l’organisme Eco-Folio, ils financent à peine 15% du coût de récupération et de traitement, le reste étant supporté par les contribuables via les taxes locales. Selon le principe pollueur-payeur, le coût de la récupération et du traitement des prospectus devrait être pris en charge intégralement par les industriels.

Nous demandons aux pouvoirs publics :
- une loi garantissant l’efficacité des autocollants, c’est à dire interdisant les prospectus publicitaires non voulus, comme c’est déjà le cas en Allemagne, en Belgique, au Portugal.
- la prise en charge intégrale par les industriels du coût de traitement de ces prospectus selon le principe pollueur-payeur.

Rendez-vous le 26 septembre

14h : finalisation de l’installation « The junk mail experiment » 16h : table ronde : monocultures d’arbres et publicité Jusqu’au 10 octobre : Exposition « D’art en arbres »

Espace Krajcberg du Musée du Montparnasse : 21 avenue du Maine, 75 015 Paris / Métro Montparnasse Bienvenüe ou Falguière. Exposition jusqu’au 10 octobre (14h-18h). Entrée gratuite.

PROGRAMME :

Avant le 26 septembre 2009

* Une mobilisation de quartier : Depuis le mois de mars, les élèves de l’école primaire Falguière participent à la collecte des imprimés publicitaires en ramenant ceux qu’ils trouvent dans leurs boites aux lettres. C’est aussi une bonne occasion de sensibiliser les élèves au problème de la déforestation dans le cadre du projet pédagogique de l’école.

Installation « The Junk Mail Experiment – Paris » de Barbara Hashimoto

« La machine distributrice d’arbres » d’Andrew Chartier

Et les jours d’après… :

. L’exposition « d’Art en Arbres » à l’Espace Krajcberg du Musée du Montparnasse se tiendra jusqu’au 10 octobre (entrée libre)

Article du 24/07 dans Eco89 : "Les pollueurs de boîtes à lettres au-dessus de la loi "

Voir également :

Site des Amis de la Terre

Autres articles : http://antipub.org/spip.php?rubrique7

PDF - 310.9 ko
Le CP du 16 septembre 2009
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Sites amis |