Résistance à l'agression publicitaire
Accueil du site > Métro et transports

De la nocivité des publicitaires

24 février 2011

"Prenons un publicitaire. Son activité vise à accroître la consommation. Il en découle, d’un côté, une création d’emplois (dans le secteur de la publicité, mais aussi dans les usines, le commerce, les transports, les médias) et, de l’autre, un accroissement de l’endettement, de l’obésité, de la pollution, de l’usage d’énergies non renouvelables. Par une série de calculs ingénieux et parfois acrobatiques, les trois chercheuses évaluent chacun des bénéfices et coûts de la surconsommation imputable à la publicité. Ne reste plus qu’à les mettre en rapport : « Pour chaque livre sterling de valeur positive, 11,50 livres de valeur négative sont générées. » En d’autres termes, les cadres du secteur publicitaire « détruisent une valeur de 11,50 livres à chaque fois qu’ils engendrent une livre de valeur »."

Pierre Rimbert dans le Monde Diplomatique de mars 2010, à partir d’une étude de Eilis Lawlor, Helen Kersley et Susan Steed, « A bit rich. Calculating the real value to society of different professions », New Economic Foundation, Londres, 2009 ; www.neweconomics.org

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Sites amis |