Mai 26 2016

La commission antipub de Nuit Debout est en marche !

Il n’a pas fallu une semaine pour que le mouvement d’occupation de la place de la République parisienne Nuit Debout voit naître une « commission antipub ». Impossible de la rater : tous les samedis après-midi, à partir de 16h, les participants de la Commission réquisitionnent des dizaines de publicités situées aux alentours de la place de la République qu’ils disposent ensuite au sol, derrière l’Assemblée générale. Là, sur une surface équivalente à un gymnase, les participants à la commission antipub, comme les citoyens passants et autres curieux, sont invités, à coups de feutres et de pinceaux, à venir détourner toutes ces publicités ou bien faire acte de création pure sur papier kraft. Ce véritable musée à ciel ouvert se termine généralement par une session de « reposage » dans la soirée, pour agrémenter les rues de Paris de messages peut être un petit peu plus intelligents. Certainement moins hypnotisant.

En un mois, la commission antipub s’est impliquée à tous les niveaux d’action.

Elle a d’abord rapidement développé une dimension de fond à sa démarche politique initialement basée sur l’action, et chaque mercredi à 19h des dizaines de citoyens s’assoient sur la place de la République pour discuter des enjeux liés à la publicité et au système publicitaire de la société de consommation. Trois axes thématiques ont été identifiés – publicité et influence sur les humains ; rôle économique de la publicité ; et publicités commerciales versus publicités des acteurs à but non lucratif – et sont approfondis sur des documents de travail partagés. Au gré des réunions se débattent une variété de thèmes de manière ouverte, comme les forces et les faiblesses de l’appellation antipub, la priorisation de la réduction de la publicité vis à vis de la lutte contre la publicité commerciale, ou encore les enjeux des nouvelles méthodes comme le nommage, avec la Ligue 2 de football ayant récemment acquis le nom d’une marque de pizza… La commission projette un manifeste, un appel aux autres Nuit Debout. Les idées ne manquent pas, les échanges sont vivants et consciencieusement notés, et un site internet est en préparation.

Mais la capacité d’action reste la grande surprise de cette commission. Après avoir reposé des dessins et des affiches détournées à plusieurs occasions dans les rues ou le métro de Paris, pour réveiller le samedi soir des parisiens, ou bien pour participer à sa manière aux diverses mobilisations contre la Loi travail, la commission s’est lancé récemment dans une toute nouvelle modalités d’action.

Dans le cadre de Global Debout, l’Appel de Nuit Debout Paris à l’occupation de places dans les autres villes du monde le 15 Mai (date du premier rassemblement des Indignés espagnols) la commission antipub a participé à l’action médiatique organisée lors du rassemblement préparatoire des activistes internationaux le week-end du 7 et 8 mai.

PublicSpaceIsNotForSale_NuitDebout2016-07b2a

Sur une vingtaine de publicités de grandes marques, réquisitionnées dans des arrêts de bus aux alentours, la commission a inscrit « Public space is not for sale » (« L’espace public n’est pas à vendre ») pour accompagner la photo de l’action symbolique réalisée avec les internationaux devant les médias, et dans leur langue de travail. L’expérience et le résultat semble avoir convaincu la commission qui projetait déjà samedi dernier de renouveler l’initiative pour participer cette fois au débat autour du recours au 49.3 pour la Loi El Khomri.

La commission dispose actuellement pour communiquer d’une liste d’emails des participants et d’une page facebook : « Commission antipub Nuit Debout ». On retrouve en son sein divers activistes engagés par ailleurs dans divers réseaux et associations antipub préexistant, tout comme des citoyens qui ont décidé pour la première fois de participer à la critique de la publicité avec le phénomène Nuit Debout. Affaire à suivre.