Fév 24 2011

RAP@Toile N° 100 – Février 2011

************** RAP-À-TOILE N° 100 – FÉVRIER 2011 *****************

R.A.P.-A-TOILE a pour vocation de faire connaître les diverses approches de la lutte antipublicitaire sans pour autant adhérer à toutes les opinions et idées d’actions formulées, dont elle laisse la responsabilité à leurs auteurs.

*****************************

Les rendez-vous de R.A.P. et de la lutte antipublicitaire :

Vendredi 25 février [PARIS] : 51e action des déboulonneurs
Rendez-vous à 19h à la sortie du RER Boulevard Victor – Pont du Garigliano (lignes C)

Samedi 26 février [St QUENTIN EN YVELINES] : 3e action des déboulonneurs
Rendez-vous à 10h30 à la Diagonale (pl. Charles-de-Gaulle, Gare SNCF station St Quentin-en-Yvelines / Montigny-le-Bretonneux (RER C).

Samedi 26 février [LILLE] action des déboulonneurs
Rendez-vous à 11h, au rond point Porte des postes.

Mardi 1er mars [PARIS] : action anti-écran légaliste dans le métro, de 18h à 19h à la station Nation. Rendez-vous sur le quai du RER A direction Cergy, en tête de train.

Lundi 7 mars [PARIS] : Soirée-débat sur la place de la publicité dans la ville, co-organisée par Utopia, en présence de Regina Monteiro, chef du paysage urbain de São Paulo, ainsi que de Jacques Boutault, Maire du 2e arrondissement de Paris et d’Alexis Corbière, conseiller de Paris et premier Adjoint au Maire du 12e arrondissement.
Cette rencontre aura lieu à l’auditorium de la Maison de l’Amérique Latine, le 7 mars 2011, de 18h30 à 20h30.

*****************************

SOMMAIRE :

1 – RLP DE PARIS : DÉCEPTION… – Par R.A.P
2 – ANALYSE DU PROJET DE DÉCRETS SUR L’AFFICHAGE PUBLICITAIRE – Par R.A.P
3 – MONTAUBAN ET LES 400 PANNEAUX
4 – CHARLES GARNIER, ANTIPUBLICITAIRE EN 1871
5 – LES BÂCHES PUBLICITAIRES DÉFIGURENT PARIS : UNE SEULE SOLUTION : LES INTERDIRE – Par R.A.P.
6 – DE LA NOCIVITÉ DES PUBLICITAIRES – Par Pierre Rimbert

*****************************

1 – RLP DE PARIS : DÉCEPTION… – Par R.A.P

La mairie de Paris annonce toute fière qu’elle va se doter d’un règlement local de publicité très restrictif, jouant les grands défenseurs de l’espace public et du patrimoine. Tout ceci mérite un peu de décryptage… Quel est le vrai bilan de ce nouveau règlement de publicité parisien ?

Suite

*****************************

2 – ANALYSE DU PROJET DE DÉCRETS SUR L’AFFICHAGE PUBLICITAIRE – Par R.A.P

Le projet de décret relatif à l’affichage publicitaire vient de
paraître, pour une consultation publique de 2 semaines, jusqu’au 11 mars 2011.

Ce décret est d’une grande importance en ce qui concerne la lutte
contre la pollution mentale et visuelle, imposée partout en France. La
réglementation définie par le gouvernement, ne peut certes pas
rattraper les erreurs et reculs enregistrés par la loi Grenelle II.
Ainsi il est impossible a ce stade, de proscrire complètement les
écrans numériques ou les bâches ; tout comme on ne peut revenir sur la
légalisation du micro-affichage.

Mais le gouvernement via cette réglementation peut agir pour réduire
les nuisances de l’affichage publicitaire, que ce soit en matière de
format, de densité, de gaspillage énergétique etc.

Suite

*****************************

3 – MONTAUBAN ET LES 400 PANNEAUX

Voir la vidéo

******************************

4 – CHARLES GARNIER, ANTIPUBLICITAIRE EN 1871

« L’art est partout, il est dans tout : dans la rue comme dans le musée, et je dénie le droit que s’arrogent quatre ou cinq industriels de maculer avec leurs enseignes outrecuidantes la ville qui abrite un millions d’habitants ! » Charles Garnier, 1871 Celui qui a fait l’Opéra de Paris

Source

******************************

5 – LES BÂCHES PUBLICITAIRES DÉFIGURENT PARIS : UNE SEULE SOLUTION LES INTERDIRE – Par R.A.P.

Les bâches publicitaires géantes commencent à fleurir à Paris, de par :
– le code du patrimoine qui a permis les bâches publicitaire sur les travaux de rénovation de monuments historiques
– les pratiques des afficheurs profitant des « Zones de publicité élargies » qui leur permettent d’étendre des bâches géantes publicitaires (faisant parfois jusqu’à 1000 m²) et du statut ambigu des bâches-enseignes (où le promoteur annonce en très grand qu’il réalise des travaux).

Le projet de Règlement Local de Publicité, qui sera soumis pour amendement le 1er février prochain prévoit une généralisation de l’utilisation de ces bâches à tous les immeubles parisiens en travaux.

La loi Grenelle 2 prévoit quant à elle une simple autorisation par arrêté municipal de toutes les bâches, laissant la porte ouverte à une pratique généralisée.

Il est temps pour le Maire de Paris comme pour la Ministre de l’écologie de réagir et d’endiguer au plus vite cette expansion, au risque de défigurer Paris, comme le sont Rome ou Venise. Ces deux villes ont permis les bâches qui engendrent une incursion d’immenses publicités commerciales dans des lieux patrimoniaux exceptionnels qu’on pensait épargnés par la pollution visuelle et mentale. Ces bâches ont aussi un effet pervers : celui de faire durer en longueur des chantiers alibis, laissant de nombreux immeubles sous échafaudage pour des années.

Les bâches publicitaires constituent une vraie privatisation de l’espace public. L’argent qu’elles rapportent aux monuments historiques ne vient pas du ciel : il vient de la poche des consommateurs, car la publicité fait partie du coût des produits, constituant ainsi une sorte de TVA cachée. Le service public doit être le seul garant de la préservation du patrimoine et les rénovations des immeubles ne doivent pas avoir pour contre partie la défiguration de la ville.

Nous demandons donc au Maire de Paris d’interdire purement et simplement ces bâches. La simple limitation de la surface publicitaire, risque d’être insuffisante et de voir se développer partout dans « la plus belle ville du monde » des publicités pouvant être les plus laides du monde.

Voir en ligne

******************************

6 – DE LA NOCIVITÉ DES PUBLICITAIRES – Par Pierre Rimbert

« Prenons un publicitaire. Son activité vise à accroître la consommation. Il en découle, d’un côté, une création d’emplois (dans le secteur de la publicité, mais aussi dans les usines, le commerce, les transports, les médias) et, de l’autre, un accroissement de l’endettement, de l’obésité, de la pollution, de l’usage d’énergies non renouvelables. Par une série de calculs ingénieux et parfois acrobatiques, les trois chercheuses évaluent chacun des bénéfices et coûts de la surconsommation imputable à la publicité. Ne reste plus qu’à les mettre en rapport : « Pour chaque livre sterling de valeur positive, 11,50 livres de valeur négative sont générées. » En d’autres termes, les cadres du secteur publicitaire « détruisent une valeur de 11,50 livres à chaque fois qu’ils engendrent une livre de valeur ». »

Pierre Rimbert dans le Monde Diplomatique de mars 2010, à partir d’une étude de Eilis Lawlor, Helen Kersley et Susan Steed, « A bit rich. Calculating the real value to society of different professions », New Economic Foundation, Londres, 2009 ; www.neweconomics.org

***************INFORMATIONS DIVERSES***************

Toutes les informations que vous venez de lire sont publiques, nous vous invitons à les transmettre à toute personne susceptible d’être intéressée : faites circuler !

Pour tout renseignement (envoi d’un exemplaire de l’Antipublicitaire, notre publication papier, adhésion, etc.) merci de prendre contact avec :


R.A.P
. (Résistance à l’agression publicitaire)
La Teinturerie 24, rue de la Chine 75020 Paris
tél. : 01 43 66 02 04 (tcp. : 01 43 66 03 10)

site internet : www.antipub.org

Adhésion : 25 euros
Adhésion petit budget : 10 euros

Une permanence téléphonique est assurée les mardis et mercredis de 10 h
à 13 h (on pourra également nous joindre en dehors de ces horaires,
sans certitude de présence toutefois).

Pour nous rencontrer : calendrier au début de ce message,
renseignements supplémentaires à contact à antipub.org


COORDONNÉES UTILES :

Casseurs de pub
52 rue Crillon
BP 36003
69411 Lyon cedex 06
Tél. 04 72 00 09 82
http://www.casseursdepub.org

Paysages de France
(association qui lutte notamment contre l’affichage publicitaire
envahissant)
MNEI
5, place Bir-Hakeim, 38000 Grenoble
Tél. & tcp. 04 76 03 23 75
http://paysagesdefrance.org/

Le Publiphobe, association concurrente de R.A.P.
(diffusion d’une feuille sporadique par abonnement)
67, rue Saint-Jacques, 75005 Paris.
Tél. 01 45 79 82 44.

Les Brigades antipub (site d’actualité antipublicitaire et son forum)
www.bap.propagande.org

R.A.P. Belgique
http://www.antipub.be/
r.a.p.@antipub.be

Laisser un commentaire