RAP@Toile N° 109 – Décembre 2012

************** RAP-À-TOILE N° 109 – DÉCEMBRE 2012 *****************

R.A.P.-A-TOILE a pour vocation de faire connaître les diverses approches de la lutte antipublicitaire sans pour autant adhérer à toutes les opinions et idées d’actions formulées, dont elle laisse la responsabilité à leurs auteurs.

*****************************

Les rendez-vous de R.A.P. et de la lutte antipublicitaire :

22 décembre [PARIS] : Grand-Messe à la gloire de la Consommation devant le drugstore de Publicis sur les Champs Elysées, 14h.

*****************************

SOMMAIRE :

1 – GRAND MESSE À LA GLOIRE DE LA CONSOMMATION
2 – UNE BELLE VICTOIRE CONTRE L’AGRESSION PUBLICITAIRE
3 – LES PROSPECTUS NE SONT TOUJOURS PAS ASSEZ TAXÉS
4 – « L’HISTOIRE LEUR DONNERA RAISON »
5 – RAPPORT D’ACTIVITÉ DE RAP 2011
6 – SÉLECTION D’OUVRAGES RÉCENTS

*****************************

1 – GRAND-MESSE À LA GLOIRE DE LA CONSOMMATION – Par RAP

L’Église de la Très Sainte Consommation et l’association Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP) vous donnent rendez-vous, le samedi 22 décembre 2012, pour une prière collective au Dieu Noël, le saint père des fêtes sur-consuméristes. Nous célèbrerons l’argent, les objets inutiles et l’omniprésence publicitaire.

Rendez-vous devant le « drugstore » Publicis 133, avenue des Champs Elysées,

à 14h, le 22 décembre 2012

Code vestimentaire : chapeau rouge et blanc

L’association RAP résiste depuis plus de 20 ans à la publicité et à ses effets néfastes : sexisme, surconsommation, gaspillage, pollution visuelle et mentale… RAP se mobilise régulièrement afin de sensibiliser le public et d’alerter les pouvoirs publics et les politiques. Les adhérents agissent dans différents domaines tels que l’affichage publicitaire, notamment les écrans publicitaires et les nouveaux dispositifs, les prospectus dans les boîtes aux lettres, la protection des enfants et les publicités sur Internet.

L’Église de la Très Sainte Consommation organise des messes devant des lieux à fort capital symbolique et économique. Les fidèles prient à la gloire de la société de consommation, de l’argent, de la publicité.

Ce samedi 22 décembre 2012, Cette action dénoncera de façon festive et avec humour le matraquage et la pression organisés poussant chacun-e à surconsommer et à s’endetter. Cette fête célèbre désormais la frénésie consumériste, l’achat de produits inutiles et/ou polluants, l’imposition des normes publicitaires (avoir, vitesse, individualisme, compétition, maigreur, sexisme).

RAP : www.antipub.org

ETSC : www.consomme.org

*****************************

2 – UNE BELLE VICTOIRE CONTRE L’AGRESSION PUBLICITAIRE – Par RAP

Dans le 10e arr. de Paris, un collectif de locataires s’est mobilisé durant deux mois et demi pour arrêter le projet d’abattage d’un arbre au profit de l’installation d’un panneau publicitaire de l’entreprise Clear Channel. Les habitants du logement social de la rue Demarquay géré par la RIVP (1) ainsi que des riverains avaient lancé une pétition et alerté des associations et les pouvoirs publics.

L’association RAP félicite ce collectif de locataires et les riverains pour leur courageuse mobilisation qui a permis d’éviter un drame, de préserver le cadre de vie et de sauver un arbre.

Le slogan « Ici un arbre pas une pub » n’a jamais été autant d’actualité. A la différence que dans le cas présent l’arbre est bien resté et que la publicité, elle, a été boutée hors du jardin de cette résidence.
Une victoire symbolique pour tousIl s’agit donc d’une victoire symbolique et encourageante pour tous les mouvements qui luttent contre la publicité. Le noyau de cette mobilisation (2) a su rester ferme.

En septembre 2012, les locataires du 1, rue Demarquay sont informés de l’installation d’un panneau publicitaire déroulant et rétro-éclairé de 8 m2 de l’afficheur Clear Channel. Les locataires se mobilisent rapidement, malgré une tentative d’intimidation de Clear Channel qui leur explique par téléphone : “Vous n’êtes personne”.

Le collectif de locataires, dès octobre 2012, mène des actions pour informer et alerter des problèmes que poserait ce panneau publicitaire au pied de leur immeuble: abattage d’un arbre, dégradation du cadre de vie, agression visuelle et sonore. Les associations Paysages de France et Résistance à l’agression publicitaire, le Collectif des déboulonneurs et le journal Le Publiphobe les ont soutenus moralement et logistiquement. Leur pétition a rassemblé près de 500 signatures.

Ils ont posé une banderole « Arbre menacé, ici bientôt un panneau publicitaire » de 8 m2 au niveau de l’emplacement prévu pour le panneau publicitaire afin de rendre public le projet de la RIVP et de Clear Channel.Le 11 décembre, Dans un article du Parisien, les locataires et les militants apprennent la bonne nouvelle : « Le collectif de la rue Demarquay a obtenu gain de cause. La RIVP vient de reculer devant la fronde d’un collectif d’habitants (3). »

Félicitations aux locataires mobilisés dans cette lutte
L’association RAP félicite ces locataires qui ont su rester tenaces face au broyage mis en œuvre par le système publicitaire. RAP envoie aussi un message à tous les citoyens publiphobes qui se trouvent dans des cas similaires. Même si le chemin paraît difficile, avec de la conviction, il n’est jamais trop tard pour répondre au système publicitaire, préserver son cadre de vie et mener des actions pour l’empêcher de continuer son expansion.

Notes:

(1) Régie immobilière de la Ville de Paris

(2) Chronologie de la lutte sur le site internet de l’association RAP, fondée sur les témoignages des membres du collectif

(3) Le Parisien, article du 11 décembre 2012 intitulé « Des villes en guerre contre la publicité »

On trouvera la chronologie de l’histoire sur le site de RAP

*****************************

3 – LES PROSPECTUS NE SONT TOUJOURS PAS ASSEZ TAXÉS – Par RAP

Communiqué du 29 novembre 2012

Le gouvernement annoncerait avant Noël une augmentation de 25% de l’éco-taxe sur les courriers publicitaires. L’association R.A.P. félicite le gouvernement pour cette politique qui va dans la bonne direction. Mais, elle regrette que cette taxe soit clairement insuffisante par rapport au coût du traitement des déchets de prospectus publicitaires supporté par les collectivités.

L’association Résistance à l’Agression Publicitaire (R.A.P.) mène depuis longtemps une lutte sans relâche pour la diminution des prospectus publicitaires non sollicités dans notre boite aux lettres et le respect de l’autocollant « Stop Pub »
Les prospectus publicitaires proviennent de la monoculture d’arbres, encouragent la surconsommation et participent au sur-endettement des ménages, et contribuent au gaspillage de ressources naturelles et à la perte de biodiversité. Leurs composants et leurs traitements sont polluants.

Ces prospectus représentent 31 kg de déchet papiers par foyer par an (1).
L’association rappelle que ce gaspillage a un coût pris en charge « in fine » par les particuliers/les contribuables.
Le coût de la campagne publicitaire se retrouve dans le prix du produit; c’est donc le consommateur qui paye la publicité. Une fois jeté à la poubelle, le coût du traitement est payé par les citoyens via les impôts aux collectivités locales. Ainsi, à partir des chiffres de l’ADEME, on peut chiffrer à 129 € la tonne de traitement de ces prospectus (2).

L’association a deux revendications pour amener plus de justice et aussi baisser leur poids dans nos poubelles:
– le respect des autocollants « pas de pub dans ma boîte aux lettres ». Pour cela, l’association préconise une pénalité financière de poids pour les publicitaires qui ne respecteraient pas l’interdiction (3).
– l’application du principe pollueur-payeur pour que les commanditaires de ces pubs en payent le retraitement à 100%.

L’augmentation annoncée de l’écotaxe (passage à 49 euros la tonne) (4) ne couvre que 38% du coût de retraitement. Une bonne majorité du coût de cette pollution est toujours portée par les collectivités et donc par ceux qui les financent les particuliers/c’est-à-dire les administrés.


(1) Site internet du ministère du Développement durable

(2) Chiffre calculé sur le cout du traitement étant d’environ 110 Millions d’euros (ADEME) et sur la base de 850 000 tonnes de prospectus.

(3) « Au Portugal, une loi de 1999 statue déjà sur cette infraction. Elle prévoit « une amende de 1 000 à 2 500 euros » par boîte aux lettres encombrée. » Article de Rue89

(4) Le Figaro-25-12/2012

*****************************

4 – « L’HISTOIRE LEUR DONNERA RAISON » – Par les déboulonneurs

Le collectif des déboulonneurs auto-édite un livre retranscrivant le procès des 8 et 22 octobre 2012 à Paris.

« L’Histoire leur donnera raison »

Procès de l’antipublicité ou de la publicité ? Jugez-en par vous-même en entrant dans la salle et en assistant à l’audience comme si vous y étiez. Au travers de seize bouches – juge, procureur, avocats, prévenus, témoins, soutiens –, c’est le problème entier de la publicité, tous aspects confondus, qui est ici posé. Au lieu d’un essai ennuyeux, voici un « débat » dont les acteurs, certains d’entre eux du moins, jouent leur avenir. Ici prend fin la dichotomie acte/paroles, puisque la parole se fait acte… à haut risque.

*****************************

5 – RAPPORT D’ACTIVITÉ DE RAP 2011

Télécharger le rapport d’activité de RAP 2011 au format pdf.

*****************************

6 – SÉLECTION D’OUVRAGES RÉCENTS

Contre les publicités sexistes – Par Sophie Pietrucci, Chris Vientiane et Aude Vincent – Éditions l’Échappée

La publicité exploite le corps des femmes pour susciter du désir, générer de l’envie, exacerber les frustrations et rendre le produit à vendre attirant. Soumise aux normes aliénantes d’une beauté stéréotypée, symbole du plaisir sexuel, ou encensant la ménagère passive cantonnée dans sa cuisine, l’image des femmes n’a jamais été autant instrumentalisée. Omniprésentes et conçues pour marquer les esprits, ces représentations modèlent notre imaginaire et participent à la construction des normes de genre : d’un côté, la féminité associée à la jeunesse, à la beauté et à la maternité et, de l’autre, la virilité à la force, à la puissance et à l’action. Loin d’être un art, tout sauf inoffensive – c’est-à-dire perçue au second degré par des consommateurs responsables –, la publicité véhicule les pires clichés sexistes et renforce la domination patriarcale.
______________________

L’enfant Jackpot – Par Nathalie Sapena – Éditions Flammarion

L’enfant jackpot Votre enfant dort, son ours en peluche serré contre lui. Vous pensez qu’il rêve d’avoir plus tard une jolie petite maison avec un poney dans le jardin. Qu’il travaille bien à l’école pour devenir pompier ou vétérinaire. Que de toute façon, tant que vous le protégerez, rien ne lui arrivera. Vous vous trompez. Votre enfant a déjà envie d’argent, d’achat, de consommation et cela n’a rien d’un hasard. Chaque jour, il est la cible d’une intense artillerie publicitaire et marketing qui n’a qu’un but : en faire un client docile, quitte à contourner les réglementations. Et tant pis pour les effets secondaires : obésité, tabagisme ou alcoolisme précoce, remise en cause de l’autorité parentale, etc. L’équation est simple : un enfant est bien plus facile à convaincre qu’un adulte. Dès lors, il n’y a plus de territoire sacré de l’enfance, mais un jackpot qu’il faut décrocher. À tout prix. Basé sur une enquête solide, ce livre met au jour les dérives de la société marchande lorsqu’elle s’en prend aux enfants. Un ouvrage indispensable pour les protéger et les éduquer face à la pression commerciale croissante qu’ils subissent.
____________________

Le Bonheur conforme – Par François Brune – réédité aux Éditions de Beaugies

Essai sur la normalisation publicitaire

Qu’est-ce que la publicité, sinon ce discours tapageur qui nous oblige à ne plus voir les réalités de la vie, les valeurs de la vie, les dimensions de l’être, et les êtres eux-mêmes, que comme des marchandises qui se produisent, qui se vendent, s’absorbent, et puis se jettent !

La « crise » qui sévit depuis trente ans n’a rien changé au système qu’analyse ce livre. Jamais la pieuvre publicitaire n’a été aussi forte, jamais la misère sociale n’a été aussi grande. À l’ordre économique, qui multiplie les exclus, s’allie l’ordre publicitaire, chargé de les faire oublier. Quant aux nantis de ce monde, saturés de jouissances qui sont autant de frustrations, ils cherchent sans doute dans la dévoration des choses le remède infaillible à leurs obésités…

En méditant cet essai, le lecteur mesurera la violence de cette «société de consommation» qui, au nom d’une croissance chimérique, nous détourne des voies de la frugalité heureuse.

François Brune, collaborateur du Monde diplomatique, de La Décroissance et d’autres revues, a publié de nombreux essais et récits, dans un style incisif qui n’exclut pas le bonheur de l’écriture.

L’illustration d’André François (1915-2005), composée pour la toute première édition de ce livre, retrouve ici sa destination originelle.

Le livre est commandable aussi sur [le site de RAP.
->https://antipub.org/spip.php?article40]

*****************************

***************INFORMATIONS DIVERSES***************

Toutes les informations que vous venez de lire sont publiques, nous vous invitons à les transmettre à toute personne susceptible d’être intéressée : faites circuler !

Pour tout renseignement (envoi d’un exemplaire de l’Antipublicitaire, notre publication papier, adhésion, etc.) merci de prendre contact avec :

R.A.P. (Résistance à l’agression publicitaire)
La Teinturerie
24, rue de la Chine
75020 Paris
tél. : 01 43 66 02 04 (tcp. : 01 43 66 03 10)

site internet : www.antipub.org

Adhésion : 25 euros
Adhésion petit budget : 10 euros

Une permanence téléphonique est assurée les mardis et mercredis de 10 h
à 13 h (on pourra également nous joindre en dehors de ces horaires,
sans certitude de présence toutefois).

Pour nous rencontrer : calendrier au début de ce message,
renseignements supplémentaires à contact à antipub.org

COORDONNÉES UTILES :

Casseurs de pub
52 rue Crillon
BP 36003
69411 Lyon cedex 06
Tél. 04 72 00 09 82
http://www.casseursdepub.org

Paysages de France
(association qui lutte notamment contre l’affichage publicitaire
envahissant)
MNEI
5, place Bir-Hakeim, 38000 Grenoble
Tél. & tcp. 04 76 03 23 75
http://paysagesdefrance.org/

Le Publiphobe, association concurrente de R.A.P.
(diffusion d’une feuille sporadique par abonnement)
67, rue Saint-Jacques, 75005 Paris.
Tél. 01 45 79 82 44.

Les Brigades antipub (site d’actualité antipublicitaire et son forum)
www.bap.propagande.org

Planète antipub : La planète antipub reprend les actualités à partir des différents sites de l’écosystème anti-publicitaire français.
http://planete.antipub.org/

Pourquoi je suis antipub : Pour dire ou lire pourquoi l’on est antipub :
http://pourquoijesuis.antipub.org

******************************

Pour vous désabonner de la liste de cette lettre d’information, répondez simplement à ce courriel en tapant dans le corps de texte : « désabonnement ».

Laisser un commentaire