Nov 26 2014

Lettre aux Maires de France – Prenons exemple sur Grenoble !

Après la bonne nouvelle parvenue de Grenoble ce dimanche , il nous semble important de signifier à nos maires que réduire la place de l’affichage extérieur dans sa commune, ce n’est pas si difficile et que c’est bon pour la ville.

RAP propose à toute personne désireuse de convaincre sa municipalité de réduire la publicité dans l’espace public d’envoyer une lettre type, bien évidemment personnalisable par chacun et chacune.


Télécharger la lettre type pour l’envoyer à votre Maire. Attention à modifier les passages en rouge, ainsi que le titre du ou de la Maire en fonction.

Merci de votre participation !
____

Madame/Monsieur la/le Maire,

La publicité est considérée par une grande majorité des Français comme une nuisance et une agression [1]. Elle constitue non seulement une pollution visuelle mais également une pollution mentale, avec des conséquences sur la santé publique, l’environnement, le sexisme…

Si on peut éviter cette publicité en ne regardant pas la télévision, en lisant des journaux sans publicités, en refusant les prospectus dans les boîtes aux lettres par l’apposition d’un autocollant, il est en revanche impossible de ne pas la subir dans l’espace public.

Or en matière d’affichage extérieur, la France est malheureusement réputée pour son niveau élevé de pollution publicitaire en comparaison avec d’autres pays. L’affichage représente en France 12,5 % des dépenses des publicitaires, mettant notre pays au premier rang mondial pour ce média (4 % aux USA, 3,4 % en Allemagne).

De plus en plus de villes dans le monde bannissent les panneaux publicitaires de leurs villes pour des raisons esthétiques et d’amélioration du cadre de vie. Des villes ou des états comme São Paulo, Le Vermont, Le Maine, Hawaï, l’Alaska ou Bergen interdisent totalement l’affichage publicitaire. En France le cas de Lavérune, qui a interdit la publicité en son centre pour garder son côté pittoresque [2], avait largement fait parler de lui.

Plus récemment, Grenoble a montré qu’il était facile de ne pas renouveler le marché publicitaire lorsque la convention arrive à son terme, sans grever le budget de la ville, avec des aspects très positifs :
– Fin des obstacles urbains qui limitent les déplacements des piétons et notamment des poussettes ou des handicapés ;
– Aide au commerce local en diminuant la présence et donc la concurrence des plus gros annonceurs, seuls à pouvoir communiquer sur ces supports ;
– Désencombrement des paysages, rendant la ville plus belle

Vous aussi, vous pouvez agir pour diminuer l’affichage publicitaire dans votre ville. Soit comme à Grenoble, en ne renouvelant pas les contrats avec les afficheurs, soit en adoptant un Règlement Local de Publicité très restrictif, en proposant par exemple de réduire l’affichage à des panneaux de 2 m² comportant des affiches de 50×70 cm, non éclairés, non déroulants et surtout non numériques, rendant ainsi possible un affichage commercial, culturel, associatif et politique qui ne soit pas imposé et où les citoyens font une démarche active pour aller à l’information.

Je vous prie de croire, Madame la Maire / Monsieur le Maire, en l’expression de ma considération la plus distinguée.

Notes :

1] Étude TNS Sofres Australie « [Publicité et Société » de 2004 à 2013.
2] Restriction rendue possible par [l’article L581-4 du code de l’environnement :
« Le maire ou, à défaut, le préfet, sur demande ou après avis du conseil municipal et après avis de la commission départementale compétente en matière de sites, peut en outre interdire par arrêté toute publicité sur des immeubles présentant un caractère esthétique, historique ou pittoresque. »

Laisser un commentaire