[Saint-Quentin-en-Yvelines] Vacances actives pour le groupe local de SQY : encore une publicité illégale retirée à Guyancourt !

Guyancourt – 12 juillet 2018 – Le groupe local de SQY de l’association Résistance à l’Agression Publicitaire (R.A.P.) a permis l’enlèvement d’une nouvelle bâche publicitaire illégale, sur le territoire de Guyancourt.
 
Après notre victoire début avril auprès d’acteurs privés, nous remportons une seconde victoire en ce début juillet, cette fois-ci contre un acteur public.
 
Dans une lettre datée du 10 avril 2018, une membre de l’association a signalé à la Maire de Guyancourt, Marie-Christine Letarnec (PS), qu’une bâche publicitaire était accrochée à l’entrée du stade des Droits de l’Homme. Ce type de publicité est illégal comme le dispose l’article 7 du règlement local de publicité (RLP) de la ville de Guyancourt qui n’autorise dans cette zone que la publicité supportée par le mobilier urbain (7.1), sur les panonceaux fléchés (7.2) et sur les palissades de chantier (7.3).
 
Une longue discussion avait été engagée au sujet de ce dispositif lors de notre réunion du 23 mai 2018 avec la Mairie. Au cours de ce rendez-vous avec deux agents et deux élus (M. Morton, adjoint au Maire chargé de l’Éducation, de la Politique de la Ville et de la Jeunesse et M. Olivier, adjoint au Maire chargé des projets urbains), nous apprenions que la bâche publicitaire illégale était encore en place car il s’agirait d’un « événement prestigieux » : la Ryder Cup. Selon eux – étant donné son caractère exceptionnelle – l’affichage illégal devrait être toléré. Par ailleurs, le directeur des services techniques avait affirmé que ce n’était pas une publicité mais une signalétique d’information locale (SIL)Avec les précisions du guide technique Signalisation d’information locale (Certu), nous écrivions un nouveau courriel le 24 mai 2018 aux services municipaux. Nous leur avons partagé ce tableau que l’on peut trouver à la page 12 du guide sus-cité qui montre clairement que ce dispositif ne pouvait pas être assimilé à une SIL.
 
 
Notre courriel et nos relances téléphoniques n’ayant pas été suivis d’effets concrets, nous nous étions résolus à envoyer un nouveau mail le 26 juin indiquant les peines encourues. Nous avions aussi alerté dans le même temps la Direction Départementale des Territoires (DDT) afin qu’ils rappellent les devoirs et les obligations de Marie-Christine Letarnec en matière d’affichage. Le 29 juin, la DDT78 envoyait un courriel à Madame le Maire confirmant l’illégalité du dispositif et lui demandant la date à laquelle elle compte s’occuper de faire respecter son propre règlement sur le territoire de sa commune.
 
 
Le 3 juillet, après trois mois d’obstruction de la part de la Mairie souhaitant conserver son affichage sauvage, la bâche était enfin retirée !
 
Ce deux poids deux mesures a été corrigé et nous en sommes satisfaits. En effet, d’après nous, l’application de la loi doit être la même pour tous, quel que soit le prestige de l’acteur. R.A.P. SQY considère que son travail légaliste auprès des collectivités peut avoir un effet déclencheur pour que des acteurs publics se réapproprient cette question trop souvent délaissée aux seuls lobbys publicitaires. Par la même occasion, R.A.P. appelle les Guyancourtois·es à rejoindre l’association en adhérant ou en nous écrivant.