Nov 29 2017

Appel à mobilisation nationale STOP PUB VIDÉO le 3 février 2018

L’industrie de l’affichage publicitaire mise sur la publicité numérique pour développer son activité et insérer des télévisions géantes publicitaires dans les espaces communs et publics, afin de remplacer progressivement les affichages classiques par des dispositifs lumineux, animés et énergivores, banalisant ainsi les écrans déjà trop présents dans nos espaces privés.
La lutte contre ces publicités numériques animées est un enjeu de société. Elles constituent une triple pollution :
– Pollution visuelle et lumineuse: Les écrans numériques sont considérés comme une source de danger pour la sécurité routière détournant l’attention des automobilistes. Ils participent aussi à l’augmentation de la pollution lumineuse qui a des impacts négatifs sur la faune, la flore ainsi sur les humains, en créant des troubles du sommeil.
– Pollution énergétique et écologique : À l’heure où les prix de l’énergie augmentent et où les citoyens doivent se serrer la ceinture en conséquence, les publicitaires poursuivent eux un gaspillage énergétique sans précédent, peuvent assécher les dernières gouttes de matières premières, rejeter toujours plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et peser dans la création de nouveaux déchets radioactifs.
– Pollution cognitive et mentale : Ces dispositifs auxquels il devient quasi-impossible d’échapper (animés, lumineux…) nous imposent des messages aux images et aux normes agressives et néfastes. 
Les publicitaires, avec la complicité bienveillante des politiques, cherchent à nous placer devant le fait accompli. Ces écrans s’ajoutent partout aux dispositifs existants, constituant une véritable invasion publicitaire. Saturant nos champs de vision, défigurant nos espaces de vie.
Par ailleurs, l’objectif revendiqué des afficheurs est de pouvoir installer des caméras de surveillance publicitaire dans ces écrans. Ces caméras ne permettent pas d’user de notre droit d’opposition si on ne veut pas que des données soient recueillis.
Il est important de réagir maintenant, avant qu’ils ne soient installés en masse, et que le mal ne soit fait.
Nous appelons les citoyens et citoyennes, ainsi que les associations à s’organiser dès maintenant pour se mobiliser le 3 février 2018 pour manifester contre cette invasion. 
Pour rejoindre la mobilisation, il suffit d’écrire à 
stop-pub-video@antipub.org