Des activistes de RAP Paris se sont mobilisé·es contre les publicités du secteur de l’aviation

Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P.) Paris on réalisé » le 14 septembre des actions de recouvrement suite à l’appel du collectif Subvertisers International1, qui soutient l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) « Ban Fossil Ads »2.

Alors que partout dans le monde, des millions de personnes subissent de plus en plus violemment les conséquences du dérèglement climatique, la publicité incite sans cesse à la surconsommation de produits polluants qu’elle tente de faire passer pour « écologiques » à grands renforts de greenwashing. À l’heure où les dirigeant·es politiques invoquent la sobriété, les entreprises fossiles sont autorisées à promouvoir leur modèle économique, qu’elles font passer pour soutenable, alors qu’il est incompatible avec les ressources limitées de la planète et en violation des droits humains.

C’est pourquoi l’ICE « Ban Fossil Ads » demande l‘interdiction de la publicité et du sponsoring des biens et services fossiles. Elle sera soumise à la Commission européenne si 1 million de signatures sont recueillies avant le 4 octobre 2022.

En soutien à la semaine internationale d’actions pour l’ICE du 10 au 17 septembre, le réseau Subvertisers International, dont R.A.P. est membre, a décidé de se focaliser sur la publicité pour les compagnies aériennes et les aéroports.

Les publicités pour l’avion incarnent en effet toutes les problématiques évoquées. Malgré qu’il soit le moyen de transport le plus destructeur pour le climat, le secteur aéronautique ne montre aucun signe d’engagement réel en faveur de la réduction des émissions ou d’une transition équitable pour les travailleur·ses. Sous couvert de campagnes vantant une neutralité carbone chimérique, la publicité ne fait qu’inciter à la hausse de la demande et à la croissance du transport aérien3.

De plus, prendre l’avion est une activité élitiste, qui concerne seulement 20 % de la population mondiale. Même dans les pays riches, une petite minorité est responsable d’une grande partie des vols – rien qu’en France, la moitié des vols sont effectués par 2 % des habitant·es. Nous agirons pour dénoncer la contradiction que constitue la publicité d’une activité polluante accessible à une minorité d’êtres humains, mais qui nuit à tant d’autres.

Pour toutes ces raisons, les citoyen·nes et associations se sont mobilisé·es contre les publicités pour l’avion afin de dénoncer le système publicitaire fossile et d’inciter un maximum de personnes à signer l’ICE d’ici le 4 octobre 2022.