Revenir à Glossaire

Désobéissance civile

Désobéissance civile : Le terme est créé par Henry David Thoreau, écrivain états-unien du XIXe siècle dans un essai du même nom. Refus délibéré, public et non-violent de se soumettre à une loi pour des raisons éthiques. « En agissant ainsi, on s’adresse au sens de la justice de la majorité de la communauté et on déclare que, selon son opinion mûrement réfléchie, les principes de la coopération sociale envers des êtres libres et égaux ne sont pas actuellement respectés. » (John Rawls) Le but étant de créer un rapport de force avec les institutions afin de changer la loi ou la politique d’un gouvernement. La pratique de la désobéissance civile comprenant un risque légal parfois élevé, elle n’est utilisée qu’en dernier recours, lorsque les moyens légaux ne suffisent pas à faire cesser les injustices. Dans la lutte antipub, les actions de désobéissance civile se concrétisent entre autres par des arrachages d’affiches ou des destructions/recouvrements/extinctions de panneaux.

Voir aussi : État de nécessité
Pour aller plus loin

Gandhi le 6 avril 1930, à l’issue de la Marche du sel. Accompagné de ses sympathisant·e·s, il parcourt 386km afin de récolter lui-même une poignée de boue salée. Par ce geste dérisoire mais hautement symbolique, il encourage ses compatriotes à violer le monopole anglais sur la distribution du sel. C’est à l’issue de cette action que les Britanniques se résignent à l’indépendance de l’Inde.